Les Continents noirs, une critique du Nouvel Obs en ligne…

A l’arrivée du tout numérique, l’avenir de la presse papier étant de plus en plus incertain, les plus grands quotidiens et magazines français ont investi dans une surface journalistique en ligne où ils publient des articles gratuitement, ou proposent des abonnements payants.
Ainsi le Nouvel Observateur qui paraît toute les semaines en kiosque possède son interface en ligne structurée en différents onglets : politique, société, économie,… et culture.
C’est cette dernière page qui requiert particulièrement notre attention. En effet elle héberge un article intitulé  Annette Messager expose ses Continents noirs à Strasbourg  qui date du 13 octobre 2012.
Ce n’est pas par une rubrique « archives » qu’on peut s’attendre à le trouver le plus aisément bien qu’il existe sur la page un widget « rechercher » qui permet de le retrouver. En effet l’ambition du site est avant tout « d’actualité » : fournir les informations les plus récentes, celles de « dernières minutes » pour que ceux qui naviguent sur le web puissent avoir un accès direct et en temps réel à l’ère du changement et de l’information en flux continu.
Cette page culture comporte elle-même plusieurs temps forts « livres », « cinéma », télévision, théâtre, musique.
On peut se demander si le site n’est pas une meilleure source de revenus étant donné la place importante accordée au liens publicitaires de tous ordres : immobilier, smartphone, cours d’anglais, liens vers sites de rencontre…
Des liens vers d’autres articles sont également présents, avec des thèmes sulfureux tels l’affaire DSK. Au bout de quelques minutes sur la page, on peut même voir apparaître une fenêtre surprise sur notre écran pour un abonnement au magazine. Au regret peut-être de ne voir s’afficher aucun lien publicitaire à visée culturelle.
L’article consacrée à notre artiste n’est pas signé. On peut le partager sur les réseaux sociaux et le commenter ce qui permet d’ouvrir la discussion et de susciter l’esprit de partage de l’information.  Cependant à ce jour, aucun commentaire et seulement 5 fois partagé sur Facebook. L’article n’est pas très long, il se déroule en 2-3 clics le temps de lecture estimé de l’article ne découragera pas le visiteur. La source de l’information est « STRASBOURG AFP ».
Le contenu de l’article est critique, subjectif mais de qualité. Il fournit d’une part des informations biographiques sur l’artiste : son age, 69 ans et son prix à la biennale de Venise en 2005. L’auteur de l’article souhaite dépeindre l’univers d’Annette : « Un monde fait de détresse et de désolation dans lequel subsiste néanmoins toujours une lueur d’espoir« . Il rapporte quelques propos de l’artiste au sujet de son œuvre ainsi que de la commissaire d’exposition. Puis à travers des descriptions d’œuvres, il nous invite par les mots à une visite virtuelle et imaginaire. L’article se conclut par les horaires de visites et les dates de l’exposition sans précision sur le lieu, ni les tarifs, ni aucun lien renvoyant au site du musée.
On peut réellement regretter que l’article ne soit pas signé. Qui l’a rédigé ? un journaliste généraliste ? un critique d’art ?
Enfin, si par curiosité on tape  Annette Messager dans l’onglet recherche on aboutit à 45 liens hébergés sur le site en rapport avec l’artiste.
Cette ressource qui fait autorité de part la notoriété de la revue, est donc à considérer, pour son contenu et le point de vue adoptée sur les évènements culturels.
So & Vic
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s